À la recherche d’Interbull

Comme prévu les index génomiques font peu à peu leur apparition dans la littérature Holstein et dans la bouche des éleveurs ou bien encore sur les catalogues des ventes aux enchères où l’on propose parfois l’index génomique des lots proposés. On l’a assez dit, les États-Unis ont innové les premiers en proposant des index génomiques dès le début de l’année. Au Canada, le CDN (Canadian Dairy Network) effectue toujours l’estimation d’évaluations génomiques pour plus de 60 différents caractères qui sont compris dans les systèmes d’évaluations génétiques actuels. Les listes des meilleurs animaux seront modifiées à partir de la publication officielle des évaluations génomiques à compter d’août 2009.

La lettre « G » sera affichée pour les taureaux éprouvés incluant la génomique. En Suisse, la publication privée ou officielle des valeurs génomiques d’élevage ne sera pas disponible avant la fin de l’été 2009. Dans un premier temps, un nombre limité de caractères sera concerné. Les procédures pour le typage des animaux à la ferme (prise d’échantillons jusqu’à la publication) ainsi que les tarifs seront mis en place et communiqués ultérieurement par les deux fédérations. En Suisse, les trois organisations d’élevage laitier en collaboration avec les organisations d’IA se sont associées dans un projet commun pour le développement de la sélection génomique et l’estimation de valeurs d’élevage génomiques.

Le souci de la Suisse se retrouve dans la taille de la population de références qui est constituée de 1 127 taureaux testés de race Holstein et Tachetée rouge avec sang Holstein. Ces taureaux ont été typés et leurs génotypes constituent le matériel de base pour la mise en valeur et l’élaboration de la méthode génomique pour la race Holstein.

La France autorise la vente de taureaux"Samés"

En France, le ministère de l’Agriculture a officialisé récemment une dérogation, proposée par la Cnag bovine pour la mise en marché des taureaux évalués sur index Sam, et Gènes Diffusion Optimal, toujours à la pointe, commercialise déjà de jeunes taureaux évalués sur leur index génomique.

En Italie, les index génomiques devraient être publiés en janvier. On le voit, tout le monde s’est lancé dans cette course de vitesse, mais aujourd’hui comment s’y retrouver dans ce labyrinthe ? Comment comparer les animaux entre eux sachant que les méthodes ne sont pas exactement identiques dans chaque pays ? Il est sans doute temps qu’Interbull mette son nez dans ce dossier et apporte son éclairage. Pas facile, surtout quand on sait que les États-Unis ne voient pas forcément d’un bon oeil le travail de cet organisme.

Typex magazine n°86-avril/mai 2009 par Erwan Le Duc

Article classé sous: Edito

Mots-clefs:

Vous pouvez ajouter une réaction.

Laisser une réaction

Tout droits réservés © 2009-2014 Editions COMEDPRO